14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 05:08

 

Pour être plus claire, j’ai emprunté ce schéma de fonctionnement de la clôture électrique sur le site de La Sanglière (site extrêmement intéressant par ailleurs !).

  

 

clôture

 

 

Pour résumer, le courant est généré par l’électrificateur qui à partir des 220 volts du secteur ou les 12 volts de la batterie multiplie par 40 le voltage mais diminue drastiquement l’ampérage. Le courant est généré sous forme d'impulsions (pour éviter tout risque de " rester collé "). Comme dans une banale prise de courant, il y a deux bornes. Une des bornes du poste est reliée à la clôture (borne +), l'autre à la terre (borne -). Le sol de la pâture est alors assimilable à un gigantesque conducteur.

 

S’il n’y a pas de contact, nous avons donc un circuit électrique ouvert, dans lequel il ne circule aucune intensité (exprimée en ampères), même s'il est sous tension (laquelle tension est exprimée en volts).

 

Lorsque l'animal touche le fil de clôture, son corps se comporte comme un conducteur entre le fil (+) et la terre (-). Il ferme donc le circuit et permet au courant de circuler. On aura la formule classique : intensité (ampères) x voltage (volts) = énergie électrique (Joules).

 

Cette énergie se traduit au niveau de l'animal par une douleur à chaque impulsion.

 

Malgré cela, il ne faut pas comparer une clôture électrique avec la gégène de triste mémoire.

 

Si le voltage est très élevé (5.000 à 10.000 V), de façon à ce qu’au moindre contact, immédiatement "  la pression électrique " se déclenche, l’ampérage est extrêmement faible (quelques dixièmes de millièmes d'ampère).

 

Deux conséquences :

 

  • la décharge reçue est très " sèche " (du fait du voltage), et la douleur est ressentie intensément ;
  • l'énergie délivrée reste cependant assez faible, ce qui fait que le danger pour la vie de l'animal (ou de l'homme qui toucherait le fil…) est nul.
  • 

 

Conséquences pratiques sur l’entretien de votre clôture

 

Tout de suite une petite remarque s’impose :

 

Si le fil électrique est touché par des herbes, des plantes, elles ferment aussi le circuit. Le courant les traverse d’autant plus facilement qu’elles sont moins lignifiées et plus riches en eau et je ne vous raconte pas quand elles sont ruisselantes de pluie ou recouvertes de neige !

 

Ainsi, une multitude de brins d’herbe touchant la clôture (vous savez, au fond du pré, là où vous n’allez jamais) ou une haie peuvent la mettre partiellement ou totalement à la terre… d’où plus de " coup de jus " et à nous le potager du voisin !

 

A fortiori et pour les mêmes raisons, les fils de la clôture ne doivent pas se toucher, toucher les piquets, les arbres ni la terre.

 

Donc règle n° 1 : fauchez régulièrement sous la clôture et taillez les branches qui touchent. Et dans tous les cas, reprenez les habitudes de nos anciens : faites tous les jours un " tour de pré ".

 

Et n’allez pas croire, dans votre colombine innocence, que les animaux n’ont pas de connaissances en électricité. J’ai connu une jument qui avait découvert par hasard que si elle se grattait sur la branche d’un pommier et finissait par la mettre en contact avec la clôture, il n’y avait plus de courant et qu’elle pouvait tout casser en toute impunité… pour aller se délecter dans le verger d’à côté à s’en faire péter la sous-ventrière.

 

Cas particulier : les régions très enneigées

 

La neige a de nombreuses conséquences sur une clôture. On pense à l’accumulation, au dépôt de glace sur les fils ou les rubans, qui forme un superbe isolant. On pense moins au fait que le fil du bas peut se retrouver enseveli. Donc, si vous êtes tenu d’avoir un fil du bas très près du sol, il peut être intéressant de prévoir un moyen de le déconnecter pour éviter la mise à la terre par temps de neige.

 

Conception de la clôture

 

Quel que soit l’endroit de la clôture, l’impulsion doit être suffisamment vive. Il faut donc qu’en ce point il reste suffisamment de tension (en volt) pour traverser le pelage et le cuir mais aussi assez d’énergie (en joules) pour que cela pique.

 

C’est ce qu’on appelle le seuil minimum de garde.

 

Il serait de 700 V pour les vaches et de 2000 V pour les moutons avec au moins 50 milijoules. Mais, c’est comme les crèmes solaires : la pub vous promet une protection parfaite alors que vous, vous vous chopez tout de même le coup de soleil… ce sont des mesures faites dans des conditions idéales. Alors que chez vous… enfin, je ne veux pas médire… mais ce n’est peut-être pas toujours des conditions idéales…

 

Aussi, Marc Planche dans son remarquable article paru dans les Cahiers de l’âne de septembre 2009 préconise de maintenir tout point de la clôture à 2000 volts et 100 milijoules. Dans d’autres publications, on trouve très couramment des chiffres de 3500 volts voire de 5000 volts.

 

La " qualité " du choc est déterminée non seulement par l’électrificateur de clôture mais aussi par toutes les résistances du circuit électrique : le fil sous tension, le corps de l’animal, le contact entre l’animal et la terre, la prise de terre, le contact entre la terre et la tige de mise à la terre et retour du fil de tige de mise à la terre à l’électrificateur.

 

Une clôture électrique est donc un système complet dont les performances sont limitées par le " maillon faible ". Et comme dans l’émission, il faut toujours éliminer le maillon faible !

 

Bon, je sais, c'est dur pour un lundi mais si vous êtes arrivés là sans encombre, tous les espoirs sont permis !

Alors allez reprendre vos esprits parce que demain, cela recommence !

 

Bonne journée.

 

Cat

Partager cet article

Par l'équipe de techniques d'élevage Anne et Cat - dans Clôture

Outil De Recherche Par Mots

 

    L'amour des animaux,
la connaissance en prime
 

 

    3 auteurs , 3 points de vue,
    3 orientations différentes
 

 

    Docteur- Ingénieur en agronomie, nutritionniste équin, certifiée en éthologie et accompagnateur de tourisme équestre pour l’une,     auxiliaire vétérinaire et dresseur éducateur animalier pour la seconde, étudiant en pharmacie, certifié en reproduction canine pour le troisième.  

 

    Tous trois chroniqueurs pour le journal
    Le Cheval.
 

 

    Techniques d'élevage - le site  

 

    ombre11   

 

    1002 articles
publiés le 6 avril 2014

Créé le 24 décembre 2008
 

 

    Des articles techniques ou plus légers, quelques billets d’humeur, toujours écrits dans un langage simple et parfois     humoristique, sur l’élevage des animaux domestiques ou l’accueil momentané et les soins de base d’un animal sauvage en détresse  

 

L'expertise de l'équipe de Techniques d'élevage à travers des services personnalisés à petits prix !
 


Établissement de rations calculées pour votre cheval ou votre poney

35 euros par ration

analyse de la ration précédente, ajustements, calcul de la nouvelle ration, explications concises via un compte-rendu écrit, conseils personnalisés, suivi de la mise en place et de l'évolution, adaptation à vos besoins


DSCN4088.JPG


Apprendre à calculer une ration

240 euros par jour + frais de pension et d'hébergement si nécessaire

cours nutrition équine / maximum 10 personnes

 

Ombre cheval homme

 

 

Apprendre le travail en longe 

35 euros + prix du déplacement pour une séance pour remise au point et conseils personnalisés

forfait renouvelable 150 euros + prix des déplacements pour 5 séances pour apprentissage réel

 

Apprendre le travail en main

35 euros + prix du déplacement pour une séance de remise au point

forfait 150 euros + prix des déplacements pour 5 séances pour travail du cheval et apprentissage au cavalier, renouvellement si nécessaire

 

Débourrer, éduquer ou reprendre votre cheval ou votre poney

forfait renouvelable 150 euros + prix des déplacements pour 5 séances

 

Estimation du caractère et du savoir d'un cheval ou d'un poney

35 euros + prix du déplacement

 

marsupilami

 

Toute la science de Techniques d'élevage pour vous conseiller gratuitement !


Par mail : anneetcat@aol.com

Par téléphone : 02.40.49.26.40

-

Parutions et publications

Nos partenaires

Catégories D'articles Et Sujets

- Contact -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog